Le crédit, notions fondamentales

Le crédit, notions fondamentales

Pour un établissement financier un prêt est un placement

Comme tout objet financier, un crédit conjugue les deux notions fondatrices de la finance que sont la Valeur et le Temps.

La Valeur prend les formes du capital et de l’intérêt, le Temps prend les formes de la fréquence et de la durée.

Valeur et Temps se matérialisent dans le taux d’intérêt qui concrétise l’opération financière en Encaissement et Décaissement.

Le crédit et le placement sont symétriques, ils ne se distinguent que par la chronologie de l’Encaissement et du Décaissement, ce qui détermine dans quel patrimoine naissent les intérêts :

– lorsque l’encaissement précède le décaissement, l’opération financière est un crédit dont les intérêts appartiennent au prêteur.

– lorsque le décaissement précède l’encaissement, l’opération financière est un placement dont les intérêts appartiennent au « placeur ».

Un établissement financier peut créer l’argent qu’il prête

Pour décaisser un prêt l’établissement financier dispose de trois moyens:

  1. puiser dans les dépôts de sa clientèle;

  2. emprunter sur les marchés financiers (dont notamment le marché interbancaire européen qui propose entre autres taux : Eonia pour les prêts journaliers, Euribor pour les prêts mensuels);

  3. ou simplement ex nihilo par inscription du montant au crédit du compte de l’emprunteur.

Afin d’éviter le recours excessif à la création d’argent scriptural, la Banque des Règlements Internationaux (la BRI rassemble 60 banques centrales représentant 95 % du PIB mondial) dont le siège est en Suisse à Bâle a créé en 1988 le premier ratio de solvabilité des banques dit ratio Bâle I ou encore ratio « Cooke » et l’a fixé à 8 % : pour pouvoir prêter 100 €, une banque doit avoir 8 € de fonds propres (capital des actionnaires de la banque + résultats).

Le ratio de solvabilité a été affiné suivant les types de risques et durci par les accords Bâle II (2004-2005) et III (2010). Les banques françaises ont été soumises aux nouveaux ratios lors du « stress test » de 2011.

Le capital qui est ainsi décaissé par une banque au profit d’un emprunteur se retrouve sous forme de dépôts dans les autres banques. S’il y a un équilibre théorique entre les crédits et les dépôts, ce ne sont pas les dépôts qui font les crédits mais les crédits qui font les dépôts.

Lorsque le prêt est remboursé, la banque enregistre ses intérêts comme bénéfice et le capital prêté retourne à son origine:

  1. le capital reconstitue les dépôts ;
  2. le capital est remboursé ;
  3. le capital est « effacé » des comptes de la banque.

Il existe deux grandes catégories de crédit : le prêt et le crédit en compte.

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Notez cette page)
Loading...